À propos

Les Françaises médaillées olympiques : histoire d’une représentation (1956-2021)

Sport et télévision entretiennent une relation étroite voire « siamoise » (Tétart, 2018). Jacques Goddet témoigne du « rôle essentiel » qu’elle joue dans « la vie du sport » (1991, 207). Les années 1950 voient l’explosion du parc de télévisions en France en passant de 4 000 en 1950 à 260 508 en 1955 puis à plus d’un million en 1960 (Lévy, 1999). La part des diffusions sportives devient de plus en plus importante passant de 232 heures en 1968 à 939 en 1984 puis à plus de 1 500 depuis 1992 sur les chaînes gratuites (Moneghetti, Tétart et Wille, 2007). Les Jeux olympiques (JO) et le Comité international olympique (CIO) en profitent rapidement et largement. Cette médiatisation du sport va de pair avec l’importance qui lui est donnée dans l’après-guerre. En effet, il est vu comme « l’instrument idéal pour dire au monde l’élan de sa jeunesse » (Amar, 2004, 200). En France, cela se matérialise, par exemple, par la valorisation des champions par la Légion d’honneur. De Gaulle mène une politique volontariste en faveur du sport pour tous. L’objectif est, pour Maurice Herzog, que « de la masse des pratiquants sor[te] tout naturellement une élite sportive qui permettra à la France de briller dans les compétitions internationales. »

Les médias jouent un rôle important dans la genèse des figures de champions et d’idoles (Biskup et Pfister, 1999). Ceux-ci, définis comme les « gardiens de l’excellence » (Duret et Tétart, 2007, 342) deviennent des modèles. Avec l’hypermédiatisation à partir des années 1970 (Moneghetti, Tétart et Wille, 2007), la « superstarisation » (Attali, 2010) des sportifs de haut niveau s’installe comme une réalité reconnue. Ceux-ci trouvent une place dans le sondage des personnalités préférées des Français (Duret et Tétart, 2007). Certaines championnes sont dans ces classements comme Marie-José Perec sans pour autant se retrouver dans les premières places. En effet, les femmes sont peu représentées dans les médias et n’apparaissent que lorsqu’elles sont à l’origine de bons résultats et surtout dans les pratiques individuelles (Montañola, 2011 ; Lemieux, 2002).

Les liens entre sport, genre et télévision sont faits à de nombreuses reprises dans la littérature scientifique. Cependant, les corpus audiovisuels sont souvent mis de côté en histoire du sport. Il s’agit alors de croiser l’histoire des pratiques physiques, des médias et du genre pour réaliser une histoire des représentations des médaillées olympiques françaises entre 1956 et nos jours. Les exploits de Micheline Ostermeyer aux JO de 1948 sont relatés par la télévision. Cependant, la pénétration du petit écran dans la société est trop moindre pour réellement mener à une identification des jeunes filles à une figure sportive féminine. La date de 1956 va donc de pair avec la diffusion des JO de Melbourne et le début de l’importance de la télévision dans les foyers français.

Nous partons du postulat disant que les médias sont une loupe sur la domination masculine sur la société (Jamain, 2007 ; Lemieux, 2002 ; Whannel, 1992 ; Louveau et Davisse, 1991). La pratique sportive féminine est vue comme inconvenante puisqu’elle entraine une surexposition d’un corps. En effet, ces pratiques physiques sont soumises à une hétéronormativité (Travaillot, 2007 ; Mennesson, 2005). Dans un contexte de préparation de l’accueil des JO à Paris en 2024, il est important de se questionner sur la place prise par les médaillées françaises dans le paysage audiovisuel. Les phénomènes d’entraînements liés aux victoires françaises lors de compétitions internationales sont réels. Cette recherche présente un enjeu sociétal puisqu’il s’agit de mesurer l’importance de la représentation féminine à la télévision, en lien avec les médailles olympiques, pour ensuite constater de possibles conséquences sur la pratique sportive des jeunes filles et notamment celles issues des milieux populaires. Selon nous, les médaillées aux JO ne participent pas, jusqu’aux années 1970, au développement de l’exercice féminin de certains sports en raison d’une domination masculine trop importante. Les femmes se retrouvent restreintes à des pratiques entrant dans unehétéronormativitéqui proposent la mise en scène d’un corps gracieux. Cependant, avec le développement de figures triomphant dans des sports dits masculins, la réalité évolue et les jeunes filles apparaissent comme de plus en plus nombreuses à pratiquer.

Notre étude se basera sur le visionnage des journaux télévisés, « creuset du sport télévisé » (Tétart, 2018, 132). Nous analyserons ceux de trois chaînes françaises : TF1, France 2 et France 3 et leur ancêtre. Nous avons volontairement mis de côté Canal +, le plus grand diffuseur de sport non spécialisé (Attali, 2010), en raison de son offre payante qui ne va pas de pair avec l’objectif de notre étude. Nous souhaitons aussi nous pencher sur les documents versés par le CIO pour nous concentrer sur les médaillés français ainsi que l’évolution de la représentation féminine dans chacune des disciplines. Nous procéderons à une comparaison avec les données des licenciées des fédérations où les Françaises se sont illustrées aux JO. Le but est alors de vérifier si ces victoires ont permis la naissance de vocations en lien avec la création de la figure d’une championne adorée des jeunes filles. Nous nous concentrons sur le nombre de fois où il est fait mention d’une médaille féminine en comparaison avec les hommes. Comme pour le discours politique, nous mesurerons aussi le temps durant lequel les journaux télévisés évoquent les médaillées françaises ainsi que le temps de parole de celles-ci en comparaison avec les hommes. Des questionnaires auprès des femmes sportives pourraient venir compléter cette recherche.

Plusieurs projets de valorisation peuvent être envisagés. Nous procéderons à la réalisation d’un carnet de recherche qui permettrait de mettre en avant l’intérêt historiographique des fonds de l’INA pour les historiens du sport. Il nous semble important de réaliser une journée d’étude sur ces questions en faisant intervenir des médaillées olympiques dont la voix est importante. Cette rencontre pourra mener à la publication d’actes qui mobiliseraient des corpus issus des différents médias à l’échelle internationale.

Bibliographie de base

Aiguillon, B. d’(2001). Un demi-siècle de journal télévisé. Paris : L’Harmattan.

Amar, M. (2004). Une affaire d’État ? L’olympisme français face aux pouvoirs publics au tournant des années cinquante (1948-1952). Dans Jequier, J., Milza, P. et Tétart, P (dir.), Le pouvoir des anneaux 1896-2004. Paris : Vuibert.

Andreff, W. et Nys J.-F. (1987). Le sport et la télévision : relations économiques, pluralité d’intérêts et sources d’ambiguïtés. Paris : Dalloz.

Attali, M. (2010). Sports et médias : du XIXe siècle à nos jours. Biarritz : Atlantica.

Baillette, F. et Liotard, P. (1999). Sport & virilisme. Paris : Quasimodo & Fils.

Bourdieu, P. (1998). La domination masculine. Paris : Le Seuil.

Berthelot-Guiet, K. et Kunert, S. (2013). Introduction. Communication & langages, 177(3), 45-58.

Biskup, C. et Pfister, G. (1999). I Would Like to be Like Her/Him. Are Athletes Role-Models for Boys and Girls ?, European Physical education review, 5(3), 199-218.

Davisse, A. et Louveau, C. (1998). Sports, école et société : la différence des sexes, féminins, masculin et activités physiques. Paris : L’Harmattan.

Diana, J.-F. et Lochard, G. (dir.) (2004). Le sport médiatisé du voir au savoir, Métamorphoses, 11.

Duret, P. & Tétart, P. (2007). Des « héros » nationaux aux « stars » : la figure du champion depuis l’après-guerre, Dans P. Tétart, Histoire du sport en France : de la Libération à nos jours (337‑68). Paris : Vuibert.

Goddet, J. (1991). L’équipée belle. Paris : Laffont.

Jamain, S. (2007). Les « Pin-up » de la presse sportive des années 1950 : l’exemple du journal L’équipe. Dans Combeau-Mari, E. (dir.), Sport et presse en France (173-188). Paris : Le publieur.

Lapeyroux, N. (2021). Représentations télévisuelles des Championnats du monde de football des femmes en France : entre stéréotypes et innovations transgressives. Staps, 131(1), 85-101.

Lemieux, C. (2002). Les inégalités de traitement entre sportifs masculins et féminins dans les médias français. Cahiers de l’INSEP, 32 (2), 267-74.

Lévy, M.-F. (dir.) (1999). La télévision dans la République. Les années 1950. Bruxelles : Complexe.

Liotard, P. et Terret, T. (2005). Sport et genre. Tome 2 : Excellence féminine et masculinité hégémonique. Paris : L’Harmattan.

Martin, J.-L. (2004). Histoire de l’éducation physique sous la Ve République. Paris : Vuibert.

Mennesson, C. (2005). Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre. Paris : L’Harmattan.

Moneghetti, M., Tétart, P. & Wille, F. (2007). De la plume à l’écran. Sports et médias, 1945-2005. Dans P. Tétart, Histoire du sport en France : de la Libération à nos jours ( 97‑228). Paris: Vuibert.

Montañola, S. (2011). La complexe médiatisation des sportives de haut niveau. Médias : La fabrique du genre, 83, 82-103.

Roger, A. et Terret, T. (2005). Sport et genre. Tome 4 : Objets, arts et médias. Paris : L’Harmattan.

Saouter, A. (2015). Des femmes et du sport. Paris : Payot.

Terret, T. (2006). Sport et genre. Tome 1 : La conquête d’une citadelle masculine. Paris : L’Harmattan.

Tétart, P. (2018). Sport et télévision. Les années pionnières d’une histoire siamoise (1948-1954). Dans Dutheil, F., Fortune, Y. et Lemmonier, J.-M, Reconstruction physique et sportive en France sous la Quatrième République (127-160). Caen : Presses Universitaires de Caen.

Travaillot, Y. (2007). Les représentations du corps sportif : métamorphoses de 1945 à nos jours. Dans P. Tétart, Histoire du sport en France : de la Libération à nos jours (309‑23). Paris: Vuibert.

Vigarello, G. (1978). Le corps redressé. Paris : Armand Colin.

Whannel, G. (1992). Fields in vision : Television sport and cultural transformation. Londres : Routledge.

Projet réalisé par Marion PHILIPPE , ATER à l’UFR STAPS et au laboratoire ACP de l’Université Gustave Eiffel et chercheuse associée à l’INA à partir du 1er octobre 2021 pour 2021-2022