Archives de catégorie : Le Saviez-Vous

Le saviez-vous : Le Tennis féminin aux Jeux

Dès 1900, les femmes intègrent les Jeux olympiques de Paris en participant à un tournoi de tennis.

Tenniswoman aux Jeux Olympiques de Paris 1900. Source : CIO

Entre 1908 et 1924, elles participent également à un tournoi olympique sur des surfaces différentes. Marguerite Broquedis, en 1912 et Suzanne Lenglen, en 1920 sont d’ailleurs médaillées d’or et Julie Vlasto médaillée d’argent en 1924 pour la France.

Suzanne Lenglen dite la Divine

Il n’y a aucune compétition de tennis olympique, tant pour les hommes que pour les femmes, entre 1924 et les Jeux de Mexico en 1968 à cause d’un conflit entre le CIO et la FIT (Carpentier, 2006). C’est pourtant l’apogée du tennis français tant pour les hommes avec les Mousquetaires, Borotra, Lacoste, Cochet et Brugnon qui gagnent à eux quatre tous les tournois internationaux importants et la Coupe Davis de 1927 à 1932, et les femmes avec Suzanne Lenglen. Professionnelle et femme, son parcours est assez symbolique de l’évolution de la discipline et de la place des femmes dans le sport. “La Divine” ou “La Diva”, surnoms qu’on lui offrait, témoignent de sa notoriété. Son nom est donné à l’un des deux courts principaux de Roland Garros. Une littérature scientifique des plus abondantes existe sur les différentes facettes de la vie de la tenniswoman. Le Musée du Sport de Nice possède dans sa collection de nombreuses photographies de la championne.

Amélie Mauresmo (argent), Justine Hénin-Hardenne (Or) et Alicia Molik (Bronze) sur le podium des JO d’Athènes en 2004

Les hommes bénéficient d’un tournoi officiel en 1968 alors que les femmes ont un tournoi de démonstration et un d’exhibition. Jusqu’en 1984, le tennis n’est pas représenté. À Los Angeles, il n’y a qu’un tournoi homme. Les femmes sont invitées à participer à un tournoi de démonstration. Les résultats des hommes et des femmes n’apparaissent pas sur le site du CIO contrairement à ce que nous avons vu pour le judo. Cependant, le CNOSF comptabilise la médaille de bronze de Catherine Tanvier mais celle-ci n’apparaît pas dans le total des médailles de la France pour cette olympiade… Avec sa médaille d’argent en 2004, Amélie Mauresmo est la dernière française à être médaillée olympique aux Jeux. Affaire à suivre.

Pour plus d’informations sur le conflit, à lire :
Carpentier, F. (2006). Aux origines de l’exclusion du tennis des Jeux olympiques: Un conflit institutionnel multiforme dans les années 1920. Le Mouvement Social, n°51-66.
A propos de Suzanne Lenglen :
Bauer, T. (2014). « Suzanne Lenglen, une sportive Art Déco ». Gazette Coubertin, n° 38-39, pp. 25-27.
Bauer, T. (2011). La Sportive dans la littérature française des années folles. Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.
Castan-Vicente, F. (2016). Suzanne Lenglen et la définition du professionnalisme dans le tennis de l’entre-deux-guerres. Le Mouvement Social, 254, pp. 87-101. 
Taliano-des Garets, F. (2009). « Figures de championnes et émancipation de la femme de Suzanne Lenglen à Amélie Mauresmo ». in P. Clastres et P. Dietschy (dir.), Paume et tennis en France : XVe-XXe siècles. Paris : Nouveau Monde.
Tétart, P. (2014). « Champion androgyne, combattante et danseuse. Portrait flou de Suzanne Lenglen (1913-1923) ». International Review on Sport and Violence, n° 8, pp. 63-82.
Tétart, P. (2005). « Quel genre pour la championne ? Sur la représentation de Suzanne Lenglen (1914-1921) ». in P. Liotard et T. Terret (dir.), Sport et genre. Paris : L’Harmattan, vol. 2, p. 73-90.
Véray, L. (2003). « Entre héroïsation et féminisme : l’image de Suzanne Lenglen de 1920 à 1926 ». in L. Guido et G. Haver (dir.), Images de la femme sportive aux XIXe et XXe siècles, Genève : Georg, p. 39-61.

Mise en garde : Tous types de productions sont protégées par le droit d’auteur en lien avec l’article L112-1 du code de la propriété intellectuelle (texte, production littéraire, graphique, image…). Copier ou s’approprier tout ou une partie d’une contenu d’une production pour les insérer dans sa production personnelle sans mettre entre guillemets les passages et sans citer l’auteur de l’oeuvre constitue un plagiat. En plagiant, vous pouvez encourir des poursuites pénales relatives à la contrefaçon sur le fondement des articles L. 335.2 et suivants du code de la propriété intellectuelle qui prévoit trois ans d’emprisonnement et 300.000 euros d’amende. Vous pouvez également être poursuivie et condamnée en lien avec l’article L.331-1-3 du code de la propriété intellectuelle. Merci donc, si vous utilisez des informations mises en avant dans ce travail, de citer vos sources.

Le saviez-vous : Judo féminin aux Jeux

“J’ai l’impression qu’on doit davantage se battre quand on est une femme. Si un homme devient champion du monde, on va en parler, mais si cela arrive à une sportive, on attend qu’elle y parvienne plusieurs fois ! […] aujourd’hui, il y a de l’égalité au judo : par exemple, les primes internationales sont les mêmes pour les hommes et les femmes.” Clarisse Agbegnenou in Hamdi, A. (2021). Joue-la comme Megan. Paris : Marabout.

La première compétition olympique officielle a lieu à Barcelone en 1992. En 1988, à Séoul, les femmes réalisent tout de même une “démonstration” si je reprends le terme utilisé par le CIO. Trois Françaises sont médaillées : Dominique Brun-Maaoui (52kg) et Brigitte Deydier (66kg) en argent et Catherine Arnaud (56kg) en bronze. Les statistiques officielles ne les comptabilisent pas puisque le CIO ne retient que 16 médailles à la France en 1988. Cependant, les résultats apparaissent tout de même, de manière officielle, sur le site du CIO et du CNOSF. Elles apparaissent alors comme des médaillées olympiques. 


Cette arrivée tardive est à mettre en lien avec le développement plus lent de la compétition féminine au détriment de celle pour les hommes. En effet, les championnats d’Europe et du Monde masculins sont mis en place respectivement en 1951 et en 1956 alors que ceux pour les femmes naissent en 1975 et en 1980.

Lucie Décosse

Depuis 1992, les Françaises ont obtenu 19 médailles en judo (en comptant les 3 médailles de Séoul). Il s’agit du sport où les Françaises se sont le plus distinguées de l’histoire devant l’athlétisme avec 15 médailles et l’escrime avec 12 médailles. Pour autant, les femmes sont assez minoritaires dans la fédération de judo puisqu’elles représentent moins de 30% des licenciés ces dernières années. Pourtant, l’augmentation du nombre de licenciées est réelle puisque j’ai pu constater une augmentation de 10 000 licenciées entre 2013 et 2018 d’après les données affichées par le ministère des Sports.

Tout l’enjeu de la recherche en cours (et dont vous pouvez connaître les fondements ici) sera donc de voir si la visibilité télévisuelle des judokates médaillées olympiques a eu un impact sur l’augmentation des licenciées. Finalement, est-ce que montrer et donner la parole au JT à des athlètes femmes qui réussissent dans des sports de tradition masculine et virile peut permettre le développement de la pratique ? Toutes vos pistes sont les bienvenues que ce soit en termes de chiffres (les chiffres des licenciées de la fédération ne sont pas tous ultra accessible), mais aussi de bibliographie. Je posterai bientôt un article “Bibliographie” qui donnera toutes les références que je mobilise et que j’ai utilisées. 


Pour plus d’informations, à lire : Groenen, H. (2005). “La pratique du judo féminin en France et en Angleterre de l’entre-deux-guerres au début des années 1970 : entre traditions et sportivisation, entre tutelle masculine et émancipation”, in Terret, T. Sport et Genre. Volume 1 : La conquête de la citadelle masculine. Paris : L’Harmattan.
Vous pouvez aussi lire une série de tweet qui fait état d’une revue de presse sur les 40 ans des mondiaux féminins de judo ici (Merci à @Anthony_Diao)

Mise en garde : Tous types de productions sont protégées par le droit d’auteur en lien avec l’article L112-1 du code de la propriété intellectuelle (texte, production littéraire, graphique, image…). Copier ou s’approprier tout ou une partie d’une contenu d’une production pour les insérer dans sa production personnelle sans mettre entre guillemets les passages et sans citer l’auteur de l’oeuvre constitue un plagiat. En plagiant, vous pouvez encourir des poursuites pénales relatives à la contrefaçon sur le fondement des articles L. 335.2 et suivants du code de la propriété intellectuelle qui prévoit trois ans d’emprisonnement et 300.000 euros d’amende. Vous pouvez également être poursuivie et condamnée en lien avec l’article L.331-1-3 du code de la propriété intellectuelle. Merci donc, si vous utilisez des informations mises en avant dans ce travail, de citer vos sources.