Les sportives au coeur des fédérations sportives

Outre la question de la représentation quantitative des médaillées olympiques à la télévision, la recherche que je mène dans le cadre de l’appel à projets de l’INA a également pour vocation de mesurer l’impact des résultats olympiques féminins sur les effectifs des fédérations. Cette recherche vise à affirmer ou à infirmer la vision coubertinienne du sport qui suppose que la masse de pratiquants permettrait l’émergence d’une élite. Pour la petite histoire, Maurice Herzog, haut-commissaire à la Jeunesse et aux sports, a clairement revendiqué ce positionnement en 1961 en disant que « de la masse de pratiquants sortira tout naturellement une élite sportive qui permettra à la France de briller lors des compétitions internationales. » (Et j’adore cette phrase…) Il s’agit alors de la traduction des objectifs gaulliens avec sa politique du sport pour tous. 

Sport à l'école : comment Brigitte Henriques (CNOSF) veut aller plus loin
Brigitte Henrique, présidente du CNOSF depuis 2021. Alain Jocard/AFP.

Avant d’entrer dans les chiffres, je pense qu’il est important de faire un petit état des lieux du fonctionnement du sport français. Si vous connaissez déjà tout, vous pouvez passer cette partie colorée du texte pour passer au concret : les chiffres. Le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) représente le mouvement sportif. Celui-ci est composé de différentes fédérations : unisport olympique, unisport non olympique et multisports. Elles sont chargées, par l’État, d’organiser et de promouvoir la pratique de leurs disciplines depuis 1945. Les différentes lois sur le sport du second vingtième siècle réaffirment progressivement l’importance de celles-ci. De nombreux travaux de chercheur·seuse·s étudient ces questions en détail. Je pense notamment à ceux de Jean-Paul Callède qui sont indémodables et très accessibles à la lecture. Par ailleurs, la loi 2000, dite loi Buffet, dernière loi sport en date, réaffirme la reconnaissance d’une complémentarité entre l’État et le mouvement sportif. Il y a donc des fédérations agréées et d’autres qui sont à la fois agréées et délégataires d’une mission de service public.

Les fédérations agréées travaillent à la promotion de l’éducation par les APS, au développement et à l’organisation des activités, à la formation des cadres et à la délivrance des licences. Dans le cadre de ma thèse, j’ai étudié des associations particulières qui bénéficiaient, justement, de cet agrément. Je pourrais, si nécessaire, entrer plus dans les détails notamment historiques. Les fédérations agréées doivent remplir un certain nombre de critères comme des statuts et un règlement type. De l’autre côté, nous avons donc les fédérations délégataires qui sont également agréées. Elles bénéficient donc des missions des fédérations agréées en plus de celles des délégataires. Cependant, il ne peut y en avoir qu’une par discipline. Par définition, les fédérations multisports ne sont donc pas délégataires. En étant que délégataires, elles peuvent organiser des compétitions pour lesquelles elles peuvent délivrer des titres internationaux, nationaux, régionaux ou départementaux et définir des règles et normes sportives spécifiques à leur discipline. Elles ont un monopole sur ces missions. 

Les fédérations unisport sont donc toutes agréées ET délégataires d’une mission de service public. Dans le cadre de notre étude, nous mettons volontairement de côté les fédérations multisports. En effet, les associations qui sont affiliées à ces fédérations proposent parfois des sections sportives qui sont également affiliées à la fédération délégataire. Pour faire plus clair, une section football peut appartenir à une association affiliée à une fédération multisport tout en bénéficiant d’une affiliation à la FF de Football et donc, suivre son règlement et participer à ses championnats (Toillier et Suchet, 2021). Ce qui nous pose problème dans le cadre de notre étude c’est que les chiffres comprennent tous les licenciés à la fédération. Il n’y a donc pas de distinction selon les sports, mais aussi les activités puisque certaines associations multisports proposent aussi des activités culturelles.

Passons donc aux chiffres. Je m’intéresse logiquement aux fédérations olympiques puisque ce sont celles qui sont délégataires d’une mission de service public et qui s’occupent, donc, des sports présents aux Jeux olympiques. Les données que je vous propose sont celles disponibles en ligne. Par la suite et dans le cadre de l’avancée de mon projet, je tenterai de trouver les autres données. Si vous avez des pistes sur le lieu où je peux trouver des chiffres détaillés, je suis preneuse. Première question : dans quelles fédérations olympiques trouve-t-on la plus grande proportion de femmes ?

Il faut également nuancer quelque peu le propos qui est le nôtre aujourd’hui. Les licencié·e·s des fédérations ne sont pas le reflet des pratiquant·e·s réels. En effet, les pratiques libres, c’est-à-dire en dehors d’un cadre institutionnel, sont de plus en plus nombreuses depuis les années 1970. Beaucoup de sportif·ve·s ne se reconnaissent pas dans les offres fédérales. Ici, j’ai pris l’exemple de l’année 2019 en raison des difficultés que nous avons connues en 2020. 

Graphique réalisé à partir des données du ministère des Sports par Marion PHILIPPE.

Nous pouvons constater que les sports traditionnellement masculins sont ceux où les femmes sont les moins présentes : boxe, judo, lutte, football, rugby ou tir. Les femmes sont également peu présentes en cyclisme bien que nous ne puissions pas réellement dire qu’il s’agit d’un sport masculin (Thompson, 2000). La compétition, cependant, est beaucoup moins développée chez les femmes. La preuve, le Tour de France, plus grand évènement du cyclisme sur route, proposera de nouveau une épreuve féminine en 2022 après son arrêt en 1984… De l’autre côté, nous avons les sports traditionnellement féminins où les femmes sont les plus présentes : danse, équitation et gymnastique. Globalement, il y a plus d’hommes licenciés que les femmes dans ces fédérations olympiques. Même si nous pouvons retrouver une sorte d’équilibre dans certains cas comme l’athlétisme, l’escalade, la natation, le roller-skate et le volleyball. 

Au niveau de la progression, nous avons décidé de supprimer les sports où il y avait une forme d’équilibre ainsi que ceux qui étaient traditionnellement féminins pour faciliter la lisibilité. De la même façon, nous avons supprimé les nouveaux sports olympiques ainsi que ceux qui disparaissent. Nous avons donc supprimé le golf, revenu en 2016, le karaté, qui n’aura connu qu’une olympiade en 2020, le rugby, dont on ne connaît pas réellement la représentation des joueur·euse·s de 7 et qui est arrivé en 2016, l’escalade, le surf et le roller-skate arrivés durant les Jeux de Tokyo.

Graphique réalisé à partir des données du ministère des Sports par Marion PHILIPPE.

Même si les données sont finalement difficilement lisibles, nous pouvons constater une progression globale du nombre de licenciées sauf pour le tennis qui connaît une diminution depuis 2012.

Concernant ce sujet, je me permets de faire un édit à ce billet. En effet, suite à la publication de celui-ci sur twitter, j’ai pu découvrir un billet écrit par Flavien Bouttet, MCF à l’Université de Lorraine. Je vous conseille d’ailleurs vivement de le lire puisqu’il a réalisé une petite enquête auprès de femmes pratiquant le tennis. Ses conclusions sont d’ailleurs assez accablantes. Alors que le mouvement #MeToo est en constant développement et que les langues se délient dans le monde du sport suite, notamment, au scandale de l’histoire de Sarah Abitbol, les différents témoignages regroupés par le chercheur montre, une nouvelle fois, qu’aucune discipline sportive n’est épargnée. Plus que ça, il semble que cela soit quelque chose de normal dans le tennis à tel point que Flavien Bouttet évoque une « habitude. » Alors, et au vu des résultats de l’analyse, nous pouvons alors sans doute expliquer la baisse de femmes licenciées au sein de la FFT.  Par ailleurs, la fédération a publié, le 20 mai 2021, un article sur son site internet dans lequel elle s’engage en faveur de la protection de mineur notamment en termes d’abus sexuels. La FFT précise également qu’ils auraient crées, en 2019 « un livret destiné à sensibiliser les joueuses et joueurs des Équipes de France sur les questions d’intégrité sportive et notamment sur le sujet des violences sexuelles en milieu sportif. » La fédération développe également des formations pour les acteurs en les guidant sur la formation des mineurs au sein de l’Institut de Formation du Tennis. Ce module spécifique « a pour objectif d’informer et de sensibiliser les acteurs en contact régulier, voire quotidien, avec les sportifs mineurs sur les principales infractions en matière de violences sexuelles, sur les différentes obligations qui s’imposent à eux, ou encore sur les procédures à suivre pour effectuer un signalement. » Enfin, il y a eu la création, en 2019, d’un.e Délégué Intégrité Sportive… Je vais me permettre plusieurs remarques. Cette mise en place est bien, mais est-elle utile ? Les mineur.e.s ont il.elle.s conscience de subir une forme de violence sexuelle ? Peut-on honnêtement penser que les mises en garde réalisées par la FTT lors de ses formations sont utiles ? Sans doute un petit peu, mais pourquoi ces formations n’existent-elles pas également en directement des femmes adultes ? Avec le mouvement #Metoo et toutes les dénonciations faites par les femmes, il faut clairement que les fédérations prennent leurs responsabilités face à toutes ces actions ! Quand on voit qu’il y a une chute aussi importante du nombre de licenciées depuis une dizaine d’années, il est peut-être temps de se poser les bonnes questions ? de punir ? Tout le monde doit être sensibilisé, que ce soit les joueurs de l’Equipe de France mais également les arbitres, les entraineurs, les officiels sur le petit tournoi !!!! Enfin, petit proposition, pourquoi ne pas proposer un.e référent.e.s dans les clubs, dans les ligues ? Les victimes se sentirait peut-être plus proches de ces personnes et surtout, elles se sentiraient soutenue et aidée par la FFT… Ce n’est clairement pas le cas aujourd’hui.

Pour le football, nous pouvons constater une augmentation assez importante des licenciées alors qu’il s’agit d’un des sports où les femmes sont les moins présentes dans les rangs des licencié·e·s de la fédération comme nous venons de le voir. Peut-on dire qu’il y a un lien de cause à effet entre l’augmentation de la visibilité du football féminin à la télévision et celui du nombre de licenciées ? C’est tout à fait possible et notamment quand nous regardons l’augmentation des heures de diffusion de l’équipe de France féminine sur les chaînes de la TNT depuis 2011 (Lapeyroux, 2021). Suite au mondial 2011, où les Françaises sont éliminées en demi-finale, le nombre de licences féminines au sein de la FFF connaît une augmentation de 44,25% passant de 55 689 à 80 333 de 2010 à 2011. De la même façon, les Bleues arrivent également en demi-finale aux JO de 2012 à Londres, une augmentation des licences s’opèrent également en passant de 80 333 à 108 111 licenciées entre 2011 et 2012 soit une augmentation de 34,6%. Un lien de cause à effet ? Possible lorsque nous voyons, grâce à l’étude de Natacha Lapeyroux, que 4 matchs de la coupe du monde 2011 ont été diffusés sur D8 lors de cette compétition. 

Autre augmentation intéressante à étudier, celle du nombre de licenciés de la FF de boxe. Aux Jeux olympiques de Rio 2016, les Françaises obtiennent deux médailles. Une en or avec Estelle Mossely et une en argent avec Sarah Ourahmoune. Lors de cette olympiade, 100% des Françaises engagées en boxe obtiennent une médaille. De plus, elles sont médiatisées et au même niveau que les hommes, qui triomphent aussi largement. Je n’ai pas encore de donnée à communiquer à ce sujet-là. Je donne ces conclusions en lien avec mon ressenti personnel. Entre 2015 et 2016, nous pouvons donc voir une augmentation de 31,8% du nombre de licenciées au sein de la fédération en passant de 9 671 à 12 748 licences pour des femmes. Bien plus que ça, entre 2008 et 2020, les licences délivrées aux femmes au sein de la FF de boxe ont connu une augmentation de 161,11% en passant de 5 919 licenciées à 15 455. Pourtant, elles restent toujours minoritaires dans la fédération puisqu’elles ne représentent que 28,9% des licences en 2020, contre 17,6% en 2008. 

Donc ces disciplines traditionnellement masculines connaissent une augmentation intéressante des femmes parmi leurs licenciés. Même si elles sont proportionnellement moins nombreuses, l’augmentation de leur représentation peut sans doute être considérée comme de bon augure pour le sport au féminin !

Chacune des disciplines est à étudier séparément tant elles ont des particularités propres. Cependant, dans les deux cas que nous venons d’étudier, il y a clairement un lien de cause à effet entre le nombre d’heures de diffusion à la télévision, le triomphe d’une sportive ou d’une équipe et l’augmentation du nombre de licenciées. Alors est-ce que nous pouvons nous risquer à dire que la vision coubertinienne de la pratique sportive est une réalité ? C’est tout l’enjeu de ma recherche sur une globalité de sports et sur le long terme. Au fil de ma recherche, je réduirais peut-être l’étude à quelques sports… 

Mise en garde : Tous types de productions sont protégées par le droit d’auteur en lien avec l’article L112-1 du code de la propriété intellectuelle (texte, production littéraire, graphique, image…). Copier ou s’approprier tout ou une partie d’un contenu d’une production pour les insérer dans sa production personnelle sans mettre entre guillemets les passages et sans citer l’auteur de l’oeuvre constitue un plagiat. En plagiant, vous pouvez encourir des poursuites pénales relatives à la contrefaçon sur le fondement des articles L. 335.2 et suivants du code de la propriété intellectuelle qui prévoit trois ans d’emprisonnement et 300.000 euros d’amende. Vous pouvez également être poursuivie et condamnée en lien avec l’article L.331-1-3 du code de la propriété intellectuelle. Merci donc, si vous utilisez des informations mises en avant dans ce travail, de citer vos sources.

Les françaises médaillées olympiques.

En plein dans les Jeux olympiques de Tokyo, il m’a semblé important de montrer qu’elle est la proportion des Françaises médaillées olympiques face aux Français. Bien évidemment, ces données sont brutes. Libres à vous de les interpréter comme vous le souhaitez. 

JO 2016 - Équitation : les Rozier, champions olympiques de père en fils -  Le Point
Les médaillé.e.s d’or Français en concours complet en 2016 à Rio. Source : Reuters, Tony Gentile

La mixité, qui devient une réalité lors de ces Jeux, est difficile à intégrer dans la réflexion qui est la mienne dans mon projet. En effet, je cherche à voir l’héritage éducatif de la visibilité féminine des Jeux olympiques. Les médailles mixtes apparaissant avant les Jeux de 2021 sont celles obtenues en équitation, seule épreuve que l’on puisse réellement décrire comme mixte puisqu’hommes et femmes ne dépendent pas les uns des autres. La question étant alors : les jeunes filles peuvent-elles être influencées par une sportive concourant dans une épreuve mixte ? Il est possible que ce soit le cas quand on regarde la proportion de femmes licenciées à la Fédération française d’Équitation (83% en 2018). Cependant, nous pouvons tout de même déplorer la faible représentation des cavalières françaises au niveau olympique. Le questionnaire que je compte faire passer dans les mois qui arrivent servira à montrer si les cavalières ont pu être influencées par la participation de femmes à des épreuves mixtes de JO. Il y a également le double mixte en tennis qui est de retour aux JO depuis 2012 à Londres. La question ici n’est pas de savoir qu’elles sont les pratiques que l’on peut décrire comme mixtes et les autres puisqu’il y aurait, sans doute, avoir sujet à discussion. Aux yeux du CIO, les deux épreuves citées sont celles décrites comme étant mixtes.

JO de Tokyo 2021 : revivez la moisson de médailles de l'équipe de France
L’équipe de France de judo, championne olympique en judo mixte par équipe. Source : AP Photo/Vincent Thian

Ce qui est important, c’est de voir quelle est la proportion des athlètes qui finissent avec la breloque autour du cou en fonction de leur sexe. Certains y verront du sexisme, mais, de mon côté, je considère qu’il faut prendre conscience de l’impact des médaillées françaises dans le total des médailles de la délégation française. Bien sûr, je mettrais à jour les données en fonction des médailles françaises.

AnnéeMédaillées*Médaillés*MixtesMédaillés H/FAthlètes français qualifiésFemmesHommesPourcentage de femmesPourcentage de femmes médailléesPourcentage d’hommes médaillés
2021151532539117321844%38%32%
2016112924239216722543%17%29%
201215193432414218244%20%25%
20088354330912118839%9%37%
2004161613330811319537%17%15%
200012263833612521137%10%24%
1996151913729910219734%16%16%
19927191293399824129%7%14%
19884193192667419228%5%14%
1984425282384918921%16%30%
198021214121239819%22%17%
197617192062917714%17%8%
1972013132273019713%0%11%
19681921575116415%9%36%
1964292151382011814%10%24%
196003152382821012%0%5%
1956113141371811913%6%25%
* Les athlètes gagnant en équipe sont comptabilisé pour 1. Lorsque les équipes sont mixtes (ex : équitation) on compte chez les hommes.
Source : CIO, CNOSF et Olympedia.org

Petite explication du tableau et des valeurs utilisées. Vous pourrez constater qu’il n’y a pas de correspondance entre le nombre de médailles, le nombre d’athlètes par sexe et le pourcentage de médaillés selon les sexes. C’est tout à fait normal. Lorsque l’on parle de délégation, nous comptabilisons tous les athlètes engagés. Cependant, les Français.es reçoivent parfois des médailles dans le cadre d’épreuves collectives comme pour les sports collectifs, les épreuves par équipes ou mixtes dans le cas des olympiades de 2020. Si l’on prend le cas du volleyball par exemple, il y a 12 athlètes qui sont comptabilisés comme faisant partie de la délégation française. Cependant, il n’y a qu’une seule médaille au compteur. Du coup, j’ai considéré comme chaque athlète avait reçu une médaille et ai fait un calcul simple de pourcentage à partir de l’addition de toutes les médailles au titre individuel. Dans certains sports, il y a des réservistes comme au handball ou au basketball par exemple. J’ai donc décidé de prendre le nombre d’athlètes inscrits officiellement sur le site du CIO. Pour l’olympiade de Tokyo, nous sommes à 391 avec 178 femmes et 218 hommes. Les réservistes du handball masculin, même s’ils sont entrés en jeu, ne sont pas comptabilisé, j’ai donc pris 15 médailles alors qu’il y en a eu, en vérité, 16 avec l’entrée de Romain Lagarde en remplacement de Timothey N’Guessan. Lorsque les athlètes ont plusieurs médailles, je ne les comptabilise qu’une seule fois puisque ce qui nous intéresse c’est de savoir combien d’athlète ont été médaillé selon leur sexe.

La première chose que l’on peut constater est que les Françaises sont toujours moins médaillées que les Français lors des JO d’été. Cependant, proportionnellement au nombre d’athlètes, elles sont parfois plus médaillées que les hommes. Le pourcentage de femmes médaillées augmente au fil des années de la même manière que le pourcentage de Françaises dans la délégation. Si nous prenons plus précisément la proportion de Français et de Françaises, elles sont mêmes de plus en plus souvent plus médaillés que les hommes. Peut-on y voir un dynamisme du sport au féminin ? Il n’y a aucun doute là-dessus. Cependant, il y a énormément de critères qui entrent en compte et qu’il faudra analyser également.

En complément, il faut également dire que le fait de proposer des Jeux paritaires (48% à Tokyo), ne veut pas dire que les délégations le seront. Parmi les Français aux Jeux, nous n’avons « que » 44% de femmes. Certaines disciplines voient une qualification plus importantes des hommes (comme en athlétisme avec des affaires assez litigieuses de qualifications des athlètes) et d’autres de femmes (comme en rugby à 7 où les hommes n’ont pas obtenu le billet)… Il s’agit donc aussi de questionner le niveau des athlètes et les critères de sélections. Cette analyse doit, bien évidemment, être réalisée discipline par discipline. Sur l’athlétisme, où les Françaises sont nettement moins médaillées que les hommes, je vous renvoie à un article de Hélène Joncheray, Christine Hanon et Sylvaine Derycke.

Mise en garde : Tous types de productions sont protégées par le droit d’auteur en lien avec l’article L112-1 du code de la propriété intellectuelle (texte, production littéraire, graphique, image…). Copier ou s’approprier tout ou une partie d’une contenu d’une production pour les insérer dans sa production personnelle sans mettre entre guillemets les passages et sans citer l’auteur de l’oeuvre constitue un plagiat. En plagiant, vous pouvez encourir des poursuites pénales relatives à la contrefaçon sur le fondement des articles L. 335.2 et suivants du code de la propriété intellectuelle qui prévoit trois ans d’emprisonnement et 300.000 euros d’amende. Vous pouvez également être poursuivie et condamnée en lien avec l’article L.331-1-3 du code de la propriété intellectuelle. Merci donc, si vous utilisez des informations mises en avant dans ce travail, de citer vos sources.

Le saviez-vous : Le Tennis féminin aux Jeux

Dès 1900, les femmes intègrent les Jeux olympiques de Paris en participant à un tournoi de tennis.

Tenniswoman aux Jeux Olympiques de Paris 1900. Source : CIO

Entre 1908 et 1924, elles participent également à un tournoi olympique sur des surfaces différentes. Marguerite Broquedis, en 1912 et Suzanne Lenglen, en 1920 sont d’ailleurs médaillées d’or et Julie Vlasto médaillée d’argent en 1924 pour la France.

Suzanne Lenglen dite la Divine

Il n’y a aucune compétition de tennis olympique, tant pour les hommes que pour les femmes, entre 1924 et les Jeux de Mexico en 1968 à cause d’un conflit entre le CIO et la FIT (Carpentier, 2006). C’est pourtant l’apogée du tennis français tant pour les hommes avec les Mousquetaires, Borotra, Lacoste, Cochet et Brugnon qui gagnent à eux quatre tous les tournois internationaux importants et la Coupe Davis de 1927 à 1932, et les femmes avec Suzanne Lenglen. Professionnelle et femme, son parcours est assez symbolique de l’évolution de la discipline et de la place des femmes dans le sport. « La Divine » ou « La Diva », surnoms qu’on lui offrait, témoignent de sa notoriété. Son nom est donné à l’un des deux courts principaux de Roland Garros. Une littérature scientifique des plus abondantes existe sur les différentes facettes de la vie de la tenniswoman. Le Musée du Sport de Nice possède dans sa collection de nombreuses photographies de la championne.

Amélie Mauresmo (argent), Justine Hénin-Hardenne (Or) et Alicia Molik (Bronze) sur le podium des JO d’Athènes en 2004

Les hommes bénéficient d’un tournoi officiel en 1968 alors que les femmes ont un tournoi de démonstration et un d’exhibition. Jusqu’en 1984, le tennis n’est pas représenté. À Los Angeles, il n’y a qu’un tournoi homme. Les femmes sont invitées à participer à un tournoi de démonstration. Les résultats des hommes et des femmes n’apparaissent pas sur le site du CIO contrairement à ce que nous avons vu pour le judo. Cependant, le CNOSF comptabilise la médaille de bronze de Catherine Tanvier mais celle-ci n’apparaît pas dans le total des médailles de la France pour cette olympiade… Avec sa médaille d’argent en 2004, Amélie Mauresmo est la dernière française à être médaillée olympique aux Jeux. Affaire à suivre.

Pour plus d’informations sur le conflit, à lire :
Carpentier, F. (2006). Aux origines de l’exclusion du tennis des Jeux olympiques: Un conflit institutionnel multiforme dans les années 1920. Le Mouvement Social, n°51-66.
A propos de Suzanne Lenglen :
Bauer, T. (2014). « Suzanne Lenglen, une sportive Art Déco ». Gazette Coubertin, n° 38-39, pp. 25-27.
Bauer, T. (2011). La Sportive dans la littérature française des années folles. Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.
Castan-Vicente, F. (2016). Suzanne Lenglen et la définition du professionnalisme dans le tennis de l’entre-deux-guerres. Le Mouvement Social, 254, pp. 87-101. 
Taliano-des Garets, F. (2009). « Figures de championnes et émancipation de la femme de Suzanne Lenglen à Amélie Mauresmo ». in P. Clastres et P. Dietschy (dir.), Paume et tennis en France : XVe-XXe siècles. Paris : Nouveau Monde.
Tétart, P. (2014). « Champion androgyne, combattante et danseuse. Portrait flou de Suzanne Lenglen (1913-1923) ». International Review on Sport and Violence, n° 8, pp. 63-82.
Tétart, P. (2005). « Quel genre pour la championne ? Sur la représentation de Suzanne Lenglen (1914-1921) ». in P. Liotard et T. Terret (dir.), Sport et genre. Paris : L’Harmattan, vol. 2, p. 73-90.
Véray, L. (2003). « Entre héroïsation et féminisme : l’image de Suzanne Lenglen de 1920 à 1926 ». in L. Guido et G. Haver (dir.), Images de la femme sportive aux XIXe et XXe siècles, Genève : Georg, p. 39-61.

Mise en garde : Tous types de productions sont protégées par le droit d’auteur en lien avec l’article L112-1 du code de la propriété intellectuelle (texte, production littéraire, graphique, image…). Copier ou s’approprier tout ou une partie d’une contenu d’une production pour les insérer dans sa production personnelle sans mettre entre guillemets les passages et sans citer l’auteur de l’oeuvre constitue un plagiat. En plagiant, vous pouvez encourir des poursuites pénales relatives à la contrefaçon sur le fondement des articles L. 335.2 et suivants du code de la propriété intellectuelle qui prévoit trois ans d’emprisonnement et 300.000 euros d’amende. Vous pouvez également être poursuivie et condamnée en lien avec l’article L.331-1-3 du code de la propriété intellectuelle. Merci donc, si vous utilisez des informations mises en avant dans ce travail, de citer vos sources.

Le saviez-vous : Judo féminin aux Jeux

« J’ai l’impression qu’on doit davantage se battre quand on est une femme. Si un homme devient champion du monde, on va en parler, mais si cela arrive à une sportive, on attend qu’elle y parvienne plusieurs fois ! […] aujourd’hui, il y a de l’égalité au judo : par exemple, les primes internationales sont les mêmes pour les hommes et les femmes. » Clarisse Agbegnenou in Hamdi, A. (2021). Joue-la comme Megan. Paris : Marabout.

La première compétition olympique officielle a lieu à Barcelone en 1992. En 1988, à Séoul, les femmes réalisent tout de même une « démonstration » si je reprends le terme utilisé par le CIO. Trois Françaises sont médaillées : Dominique Brun-Maaoui (52kg) et Brigitte Deydier (66kg) en argent et Catherine Arnaud (56kg) en bronze. Les statistiques officielles ne les comptabilisent pas puisque le CIO ne retient que 16 médailles à la France en 1988. Cependant, les résultats apparaissent tout de même, de manière officielle, sur le site du CIO et du CNOSF. Elles apparaissent alors comme des médaillées olympiques. 


Cette arrivée tardive est à mettre en lien avec le développement plus lent de la compétition féminine au détriment de celle pour les hommes. En effet, les championnats d’Europe et du Monde masculins sont mis en place respectivement en 1951 et en 1956 alors que ceux pour les femmes naissent en 1975 et en 1980.

Lucie Décosse

Depuis 1992, les Françaises ont obtenu 19 médailles en judo (en comptant les 3 médailles de Séoul). Il s’agit du sport où les Françaises se sont le plus distinguées de l’histoire devant l’athlétisme avec 15 médailles et l’escrime avec 12 médailles. Pour autant, les femmes sont assez minoritaires dans la fédération de judo puisqu’elles représentent moins de 30% des licenciés ces dernières années. Pourtant, l’augmentation du nombre de licenciées est réelle puisque j’ai pu constater une augmentation de 10 000 licenciées entre 2013 et 2018 d’après les données affichées par le ministère des Sports.

Tout l’enjeu de la recherche en cours (et dont vous pouvez connaître les fondements ici) sera donc de voir si la visibilité télévisuelle des judokates médaillées olympiques a eu un impact sur l’augmentation des licenciées. Finalement, est-ce que montrer et donner la parole au JT à des athlètes femmes qui réussissent dans des sports de tradition masculine et virile peut permettre le développement de la pratique ? Toutes vos pistes sont les bienvenues que ce soit en termes de chiffres (les chiffres des licenciées de la fédération ne sont pas tous ultra accessible), mais aussi de bibliographie. Je posterai bientôt un article « Bibliographie » qui donnera toutes les références que je mobilise et que j’ai utilisées. 


Pour plus d’informations, à lire : Groenen, H. (2005). « La pratique du judo féminin en France et en Angleterre de l’entre-deux-guerres au début des années 1970 : entre traditions et sportivisation, entre tutelle masculine et émancipation », in Terret, T. Sport et Genre. Volume 1 : La conquête de la citadelle masculine. Paris : L’Harmattan.
Vous pouvez aussi lire une série de tweet qui fait état d’une revue de presse sur les 40 ans des mondiaux féminins de judo ici (Merci à @Anthony_Diao)

Mise en garde : Tous types de productions sont protégées par le droit d’auteur en lien avec l’article L112-1 du code de la propriété intellectuelle (texte, production littéraire, graphique, image…). Copier ou s’approprier tout ou une partie d’une contenu d’une production pour les insérer dans sa production personnelle sans mettre entre guillemets les passages et sans citer l’auteur de l’oeuvre constitue un plagiat. En plagiant, vous pouvez encourir des poursuites pénales relatives à la contrefaçon sur le fondement des articles L. 335.2 et suivants du code de la propriété intellectuelle qui prévoit trois ans d’emprisonnement et 300.000 euros d’amende. Vous pouvez également être poursuivie et condamnée en lien avec l’article L.331-1-3 du code de la propriété intellectuelle. Merci donc, si vous utilisez des informations mises en avant dans ce travail, de citer vos sources.

Sport olympique au féminin

Le but de ce carnet est de permettre une diffusion des résultats de recherche en lien avec un projet soutenu par l’Institut National d’Audiovisuel (voir A propos pour plus d’informations). Le projet que je mène s’intitule « Les Françaises médaillées olympiques : histoire d’une représentation (1956-2021). » Le but de cette recherche est lié à l’avancée de l’historiographie sur ce sujet, mais également à une volonté de prouver la place de la télévision dans le développement de la pratique sportive féminine. De là, l’enjeu est également sociétal. J’aimerais donc me servir de ce carnet pour afficher la manière dont je travaille ainsi que quelques résultats. Ceux-ci pourront servir aux professionnels du monde sportif pour faire valoir leurs arguments grâce aux outils et résultats bruts publiés. Enfin, ce carnet permettra également de montrer aux historiens du sport que les sources audiovisuelles peuvent permettre de faire avancer l’historiographie de notre discipline.